27/10/2006

Un deuil clôture les 24 heures vélo

Et la fête s'arrête... brusquement. Les sourires s'effacent, la joie s'enfuit, Etonnement, incompréhension, consternation, tristesse, déception, interrogations, réflexions succèdent à la bonne humeur et à l'insouciance des fêtards... dont je faisais partie.

L'annonce d'un décès et le silence s'empare d'une foule jusqu'alors si gaie. La fête est finie. Quelque chose de très grave s'est passé. On ne sait pas comment, on ne sait pas pourquoi, on ne peut plus rien y faire. La fragilité de la vie se rappelle à nos esprits envahis par l'ambiance festive.

Je suis très touchée par les accidents qui surviennent au milieu d'une ambiance légère, lors d'une fête, dans un parc d'attractions... Comme s'il fallait nous rappeler de profiter de la vie, tout le temps, au moindre instant, nous montrer que tout peut s'arrêter, n'importe quand.

J'ai été émue, j'ai laissé couler quelques larmes. On y a pensé, on en a parlé, on en a presque oublié les bons moments passés.

J'ai appris à connaître et à aimer les 24 heures vélo, cette fête qu'on avait tant dénigrée devant moi et qu'on m'avait amenée à ne pas approcher. Et tout en ayant une pensée pour la famille et les proches de la victime et en leur présentant des condoléances, je voudrais féliciter et remercier les organisateurs et tous ceux qui s'investissent pour offrir cette fête annuelle. L'organisation a été bien menée, cela a été répété et pour cela et pour montrer que l'on pense à profiter de la vie à chaque instant, n'oublions pas les bons moments passés avant l'arrêt prématuré des festivités.

C'est dans ce but que, dans un prochain post, je vous conterai mes petites joies de ces dernières 24h. J'attends pour cela que quelques photos soient publiées sur les sites des organisations estudiantines.

     '

Le bonheur est une trajectoire, pas une destination.

'

14:27 Écrit par Stella dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.