16/11/2006

Mes 24h vélo 2006

Comme promis, je vais vous parler un peu des 24 h vélo 2006 et de ce que j'y ai fait. A dire vrai, pas grand chose je l'avoue mais je me suis amusée.

Le mercredi, j'avais cours jusqu'à 14h et je n'ai donc pas pu assister au départ de la course. En revenant des cours, j'ai quand même pris le temps de regarder quelques vélos passer. Pour ceux qui ne connaissent pas la fête, je précise qu'un catégorie de vélos "folklo" participe à la course. Ainsi, des vélos aux formes originales peuvent être observés. J'ai donc pu admirer quelques créations mais j'avais faim et je suis rentrée au kot de Namoureux où j'ai dîné et travaillé une bonne partie de l'après-midi à l'un de mes projets muséaux. Namoureux étant stadier (cette fonction consiste, en résumé, à veiller au bon déroulement des festivités) de midi à 22 heures, il m'avait laissé ses clés.

Vers 17 heures, je suis partie à sa recherche pour lui faire coucou et vérifier qu'il n'avait besoin de rien (quelle petite copine atentive quand même !  lol). Je l'ai trouvé et ai un peu discuté avec lui avant de partir faire deux-trois petites courses. Sur le chemin, j'ai de temps en temps sorti mon appareil photos mais c'est à la sortie du centre commercial que je l'ai utilisé le plus. Là, preuve que les 24 h vélo ne sont pas une fête réservée aux étudiants, il y avait des familles venues admirer les vélos ou participer aux activités du village des enfants et même, une dame âgée qui prenait photo sur photo des plus belles réalisations cyclistes.

Je suis retournée au kot de Namoureux en attendant l'arrivée de Bubulle qui venait de Liège, en train. Je l'ai retrouvée au restaurant universitaire déjà fort joyeuse ma foi. Elle avait commencé à faire la fête dans le train et ne pouvait pas le cacher. Elle parlait très fort ce qui n'est pas très habituel pour elle et ne cessait pas de rire, pour un rien ou carrément... pour rien.

Après le souper, nous avons déposé les affaires de Bubulle au kot d'Yval (eh oui ! il la logeait elle aussi) et sommes parties, avec les cokotteuses de ce dernier et leurs invitées, faire un tour en ville qui aurait dû nous mener à Namoureux. En fait, vu les détours prévus et la circulation malaisée dans la ville, nous avons finalement retrouvé Namoureux à son kot, une fois sa mission de stadier achevée.

Bubulle, Pauline, Ludo (et ses béquilles ), Namoureux et moi sommes alors sortis boire un verre (ou plusieurs) près de stands pas très fréquentés (pour faciliter la tâche à Ludo). Un événement nous a alors surpris : Bubulle a fait signe à Namoureux de lui passer son verre de kriek. Namoureux lui a passé croyant qu'elle voulait goûter et Bubulle de demander "je le vide ?" alors que le verre était encore plus qu'à moitié rempli.  Je lui ai fait remarquer que Namoureux ne lui avait pas demandé de le débarrasser de sa boisson et que c'était elle qui l'avait prise. Elle n'a donc pas vidé le verre. Enfin, elle l'a rendu à Namoureux avec juste un petit fond de liquide.  Je peux vous dire qu'il a fait une drôle de tête.  Eh oui, elle est comme ça Bubulle, on n'est jamais à l'abri de surprises avec elle.

A la fin de la soirée, on est allés chercher le hamburger tant réclamé par Pauline (suivie par Namoureux et Bubulle une fois sur place). Nous sommes ensuite rentrés assez rapidement et n'avons pas trop tardé à nous mettre au lit.

Le jeudi matin, Bubulle et moi sommes allées chercher le déjeuner (offert par Bubulle - merci !). Nous avons apporté sa part à Namoureux (encore très fatigué) et sommes reparties avec Soph' pour assister aux concerts du matin. Bernard Minet était là ! C'était un peu mon "idole" quand j'étais petite. Je voulais une batterie à cause de lui mais je ne l'ai jamais reçue (allez savoir pourquoi lol). Je me devais donc d'aller le voir. C'était très sympa. J'ai chanté à tue-tête quand je connaissais les paroles et je me suis vraiment bien marré. Nous voulions rester pour applaudir Perry Rose mais à la place, c'est à l'annonce des tristes événements de l'aube que nous avons assisté. Les 24 h vélo se sont arrêtées au bout de 22 heures de course et nous sommes rentrées. Nous avons annoncé la nouvelle aux autres et attendu l'heure du JT. Néanmoins, j'ai décidé de privilégier nos bons souvenirs pour ces 24 heures atypiques. Eh oui, je ne crois pas que la majorité des fêtards cherchent les endroits moins fréquentés ou participent à la fête avec des gens perchés sur des béquilles. lol

 

Voilà pour le récit des aventures. Mon prochain post contiendra des photos.

16:47 Écrit par Stella dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

"Je m'en fous, de toute façon je suis stadier" Voilà, je voulais la replacer! C'était ma phrase des 24h! :-)

Écrit par : Namoureux | 17/11/2006

Phrase erronée Ce n'était pas tout à fait ça. ;-) Tu ne disais pas "de toute façon". ;-)
P.S. : Je vais m'acheter un dictaphone ! arf arf arf ! (private joke ;-))
Bisous

Écrit par : Stella | 18/11/2006

Les commentaires sont fermés.