30/11/2006

Week-end en mer

voiliers008Le premier week-end du mois, je suis partie en mer avec Namoureux, son papa, L. : un ami de Namoureux et F. : la copine de ce dernier. Nous devions faire de la voile mais, en fin de compte, on ne peut pas vraiment appeler cela comme ça.

En fait, quand Namoureux ou son papa naviguent, c'est dans le cadre des activités d'une ASBL. Le voilier appartenant à cette dernière est donc utilisé par plusieurs marins amateurs. Et ce week-end-là, nous avons dû monter à bord là où l'équipage précédent avait été contraint d'écourter son voyage. En effet, à cause d'une annonce de tempête, le bateau était resté à Middelburg, aux Pays-Bas.

Nous sommes donc partis pour Middelburg le samedi matin, dans l'optique de ramener le voilier à son port d'attache. (C'était d'autant plus important que, deux semaines plus tard, le bateau devait être sorti de l'eau jusqu'à la prochaine saison et, pour cela, il fallait qu'il soit à sa place.) L'ennui, c'est que, pour ce trajet, le vent nous faisait face. Pas pratique pour un voilier !

Le début, au fil de canaux néerlandais, s'est bien passé. Namoureux a dû utiliser plusieurs fois la radio pour demander des ouvertures de ponts ou l'entrée d'une écluse et tout cela en néerlandais s'il vous plaît ! J'ai tenté de l'aider de mon mieux mais bon, la mauvaise réception n'aide pas vraiment la compréhension et puis, il n'en avait pas vraiment besoin, il se débrouillait déjà bien tout seul. C'était parfois comique comme situation . C'était sympa, nous avons profité du paysage et de la météo clémente.

C'est quand nous avons traversé l'Escaut pour arriver en mer, le soir tombant, que les choses se sont corsées. Le vent de face interdisait l'utilisation des voiles. Il a donc fallu continuer la progression au moteur et... qui dit moteur, dit voyage mouvementé. L., F. et moi avons été malades. Et je vous assure que ce n'était vraiment pas drôle . Je ne savais pas comment me mettre, je me sentais vraiment mal, j'avais un peu froid, envie de dormir et en même temps, je n'osais pas me laisser gagner par le sommeil. Quand Namoureux a dit qu'il restait deux heures à patienter avant l'arrivée, j'en avais vraiment marre et la perspective de deux heures supplémentaires n'était pas pour me plaire.

Finalement, arrivés au port d'Ostende, je me suis vite sentie mieux. Nous étions tous fatigués et une bonne nuit de sommeil s'imposait.

Le dimanche, il nous restait encore une certaine distance à parcourir. Nous sommes repartis, toujours au moteur mais, voyant que nous avancions vraiment très lentement, nous avons rebroussé chemin et laissé le bateau à Ostende. Une solution serait trouvée pour amener le voilier à son port plus tard.

L'après-midi, pendant que le papa de Namoureux partait rechercher sa voiture laissée à Middelburg (je vous passe les détails pratiques ), Namoureux et moi avons fait un tour à Ostende. Ca m'a fait du bien de retrouver la terre ferme.

A la fin du week-end, nous étions tous déçus. Namoureux était ennuyé : c'était la deuxième fois qu'il essayait de me faire partager sa passion et la deuxième fois que le voyage ne se passait pas comme prévu. Ceci dit, la première fois, j'avais quand même apprécié (une fois le léger mal de mer passé). Dès lors, je ne renonce pas définitivement. Par météo clémente et vent favorable, je veux bien retenter l'expérience.

(illustration : http://www.01gif.com/base/gifs_vehicules_aquatique.php?path=les_gifs_vehicules_aquatique/voiliers&debut=6)

18:51 Écrit par Stella dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

ça doit être sympa des ballades en mer comme ça mais je crois que moi aussi j'aurais eu le mal de mer! lol bisous

Écrit par : Nathalie | 01/12/2006

Et voilà ! Questionnaire rempli ! ;o)

Écrit par : Audrey-Laure | 02/12/2006

Les commentaires sont fermés.